vendredi 25 décembre 2009

Miniature is cute

Le fameux sapin paré pour l'hiver


Armand, mon nouvel ami


Joyeux Noël!

lundi 21 décembre 2009

Avatar, un parfum d'Ersatz et de regret

Je n'ai pu m'empêcher de faire partir des 2.6 millions de fous furieux qui se sont ruées sur Avatar, la semaine même de sa sortie. Comment pouvais-je manquer ce rendez-vous alors que la bande-annonce laissait entrevoir un nouvel univers éblouissant et qu'accessoirement je prépare un dossier sur la 3D et l'avenir du cinéma ? Je me devais donc de connaître mon sujet sur le bout des doigts!


L'expédition a donc été vite montée et fut aventureuse... Les caisses du MK2 se transformant en guichet FNAC débordé par les fans de U2 ou Mylène le matin d'une mise en vente d'un Stade de France. Sur la question même du film, j'en suis ressortie mitigée. Pareillement admiratrice comme exaspérée par le scénario. James, si tu tiens vraiment à ta trilogie avec Jake et Neytiri, promis je participe à la souscription qui sera lancée pour te payer les services d'un coscénariste !


Comme on le faisait remarquer au bureau, où le Avatar a beaucoup partagé, le monde pour le moment se résume en deux clans : ceux qui l'ont vu et abrutissent les autres à force de débat et ceux encore dans l'inconnu.

Mais pour revenir au début de l'histoire...tout a commencé avec une guerre des nerfs aux caisses du MK2. Arrivée à 18h50, la séance de 19h30 affichait déjà complet et celle de 20 heures se vidait sous mes yeux. Quelques minutes plus tard, les réservations s'ouvraient pour la dernière séance dans la plus petite salle projetant le film : à peine 112 places. L'angoisse... (pour bien saisir ma frustration, il faut comprendre que lundi était mon seul créneau de la semaine puisque je suis de soirée jusqu'à jeudi, l'occasion de vraiment tester mon concept de Noël retardus, tellement retardus que le sapin n'est même pas habillé pour l'hiver, enfin passons sur cette digression!)... Finalement on arrive devant le caissier et soulagement encore 60 places à s'arracher. Soudain une main inconnue me tape sur l'épaule. Je me retourne et un monsieur d'un certain âge me regarde intensément et me lance "vous allez voir Avatar?". Réponse affirmative de ma part. "Vous pouvez me prendre me prendre ma place s'il vous plaît, j'ai peur de ne pas y arriver", enchaîne-t-il alors, comme si j'étais son dernier espoir. Voilà comment je me suis retrouvée à la tête d'une grosse commande ou petit trafic de billets. Le précieux sésame en poche, restait maintenant un moyen d'échapper à la foule en délire qui allait se ruer dans la salle 12. Heureusement les ouvreurs ont été très gracieux ainsi que ce fan de James Cameron, bien entendu en tête de queue. Grâce à eux, je suis passé quelques instants avant l'ouverture de la salle.

Toutes ces émotions passées, il est temps d'aborder le cœur du sujet. Avatar en lui même. Une réflexion liminaire avant de procéder. Contrairement à "Là-Haut", les lunettes 3D cette fois m'ont vraiment fait de l'effet. Je n'ai pas été handicapée par une double vision trouble en violet et jaune. Un confort appréciable.

Des qualités indéniables, Avatar en possède. Une prouesse visuelle à vous couper le souffle, qui mérite à elle seule de voir le film. Un univers monté de toute pièce par l'imagination d'un homme. Tout est palpable, abondant, gracieux et virevoltant. L'image est éclatante et impeccable. Les na'vis sont impressionnants dans leur expression de visage si fluide qui laisse deviner l'acteur au travers (case in point being Zoe Seldana).

Si vous voulez sauter mon blabla, une critique féroce est disponible ICI

Une symphonie graphique malheureusement affublée d'un scénario prévisible et lourdingue qui la fait sombrer dans l'océan encore plus profondément que Titanic. Titanic n'était pas un exemple de subtilité mais Kate et Léo m'avaient ému et fait frémir, peut-être l'effet histoire vraie du naufrage. Là l'encéphalogramme émotionnel est plat. Que le père de l'héroïne ou le mentor de Jake laissent leur vie dans la grande bataille, peu m'importe. Au moment où Neytiri épargne Jake, on sent que malgré les tabous et la barrière de l'espèce, elle succombera à son charme. Et lorsque cela arrive, on ne perd pas son temps en palabre... Sauf que Cameron n'assume vraiment pas sa scène d'amour entre Aliens et ça laisse une impression de précipitation et de "one night stand" bizarre. Amis de la passion, repassez plus tard. De même dès que Jake aperçoit le beau ptérodactyle cousin du phénix, on sait bien qu'il finira par en faire sa monture. Passons sur la maigreur de la psyché des personnages, l'exemple le plus flagrant étant le commandant des mercenaires qui est méchant et brutal jusqu'au bout ou le promis de Neytiri, qui aussi opportunément que le beau-père de 2012 ne fait pas long feu. Au final, toute la phase d'initiation de Jake est un peu longuette et ne parlons pas de l'histoire antérieure aux films des personnages, qui est cruellement absente.

Ce que j'ai trouvé également dommage c'est paradoxalement le manque d'audace de la vaste imagination de Cameron. Son bestiaire est modérément décoiffant. Pour le spectacle, mieux vaut se reporter à la BD de Léo, Aldébaran.Une paire de bec en plus par ci, une lot de pattes supplémentaires par là... Il est facile de voir les influences animalières même si parfois c'est esthétiquement très réussi comme ces chevaux tout droit sortis des vases grecs. La nature de Pandora me fait un peu tiquer aussi, très, trop luxuriante et fluo toute droit sortie de Match, trop parfaite et qui semble être la jumelle des forêts de Pocahontas.

C'est peut-être d'ailleurs un autres des pêchés d'Avatar. Le film semble vite prisonnier malgré lui de références passées. Lors du grand combat final où les robots sont de sortie, on a l'impression que Cameron s'auto-plagie en faisant des clins d'œil à Aliens et Terminator. Outre l'aspect Copenhague/Pocahontas de Pandora, Avatar souffre, je trouve, de présenter très rapidement les na'vis comme des indiens, des coiffures aux chants. Tout un coup l'imaginarium du Dr James verse dans le cliché. Et c'est vraiment dur de ne songer à des œuvres précédentes comme le Dernier des Mohicans. Or voilà dans Avatar on n'a même pas le droit à Daniel Day Lewis courant éperdument. Et puis il faut avouer que j'ai été un peu déçue par la musique de Horner qui faisait beaucoup penser à Titanic. Même si je me suis laissée conquise par la voix puissante de Leona Lewis, j'ai vraiment cru qu'à un moment qu'on aurait le droit aux Uilleann Pipes.

Bref comme le reconnait malgré tout Jeffrey Katzenberg (Dreamworks), la 3D ne peut pas sauver un mauvais scénario. A méditer pour un film qui est intéressant au lieu d'être prodigieux. Pour un bon film de science-fiction, je me contenterai d'une rediffusion du dernier Star Trek.

PS : Quelqu'un n'a-t-il pas trouvé incohérent lorsque les humains sont escortés hors de Pandora de voir dans sa forme humaine et d'avatar le collègue scientifique de Jake ? Grosse bévue du monteur ?

dimanche 13 décembre 2009

Ce que je sais de Copenhague

Pas grand chose à vrai dire. Même si je suis devenue par la force des choses une spécialiste des propositions de départ, je n'aurais pas la prétention de prédire les arrangements cycloniques qui ont lieu entre délégations une fois les portes des salons refermées. Mais je profite de manière éhontée de la popularité de la capitale danoise et de la proximité des fêtes pour vous inviter à un petit voyage dans le temps dans mes archives pour revivre le bref séjour que j'avais fait en décembre 2007 dans cette ville.
Impossible en aussi peu de temps d'avoir une image de la ville mais le kaléidoscope émotionnel n'a eu aucun mal à galoper. Des travaux titanesques de la télévision danoise, à Tivoli en passant par le port et l'étage art moderne du musée d'art sans oublier les succulents harengs.
Et pour revenir au présent, les préparatifs de Noël suivent leur cour. Nous avons adopté un petit sapin. Tellement miniature que je crois que plus de deux guirlandes et trois boules, il s'effondrerait sous le poids de toutes ces décorations ! Pour le moment il prend le frais sur le balcon en attendant la séance d'habillage. La liste au père Noël est faite et une première sortie du corps expéditionnaire s'est achevé par des trouvailles qui n'avaient rien à voir avec les instructions initiales. Une seconde offensive aura donc lieu cette après-midi avant d'entamer une longue semaine très studieuse. Et vous ?

jeudi 3 décembre 2009

Séance de rattrapage

Depuis mon retour d'Asie, j'ai assidûment fréquenté les salles obscures et pris beaucoup de retard dans les comptes-rendus.

Un oubli réparé. Vous pouvez trouver ici quelques impressions de mes dernières escapades dans le monde du 7e art : l'affaire Farewell, 500 jours ensemble, Twilight, In the Loop, Fish Tank, le Concert etc...

Petit extrait avec le discret "In the Loop" :

Autre long-métrage réaliste trempé dans le vitriol en provenance d'outre-Manche. Accrochez vos ceintures et plongez dans l'univers impitoyable des cabinets ministériels anglais qui déciment les conseillers plus vite que Lucky Luke ne descend son ombre. Dominé par le sans pitié Malcom, caricature d'Almlistair Darling le conseiller de l'ombre des années Blair, on suit un médiocre ministre que ses propos irréfléchis sur la guerre au Moyen-Orient propulsent sur les feux de la rampe médiatiques et lui valent une invitation au département d'Etat à Washington. Une gloire soudaine qui ne peut que vous monter à la tête surtout quand on est entouré de jeunes et vaniteux assistants qui ne pensent qu'à appeler les journalistes pour se faire et faire mousser le patron. Evidemment cette équipée folle dans les cercles de pouvoir, qui s'achève à l'ONU ne peut finir que dans l'atomisation totale d'une carrière politique déjà plombée par un innocent mur d'une permanence électorale et quii provoquera quelques remous au MoD et à Washington. Mais sous le couteau de boucher de Malcom qui débite les "fuck" plus vite qu'il n'y a de secondes c'est jubilatoire (et reconnaissons-le effrayant).

vendredi 27 novembre 2009

Au clair-obscur de lune

En bonne disciple d'Oscar Wilde, je suis une âme facilement tentable. Un barrage de mauvaises critiques ne pouvait donc guère m'impressionner et me détourner du rayonnement -savamment orchestré - de "Twilight II : Tentation (New Moon)". Et aurais-je honte de l'avouer mais j'ai savouré toutes les minutes de mes retrouvailles avec Bella, Edward et Alice. L'effet vampires + Italie + moments drôles involontaires de la part du réalisateur.

Non "Twilight" n'est pas un chef d'oeuvre, of course, ni ne possède un souffle épique à la "Seigneur des Anneaux" -jamais une adaptation n'a été aussi littérale que les scénarios de la saga de Stephenie Meyer- mais c'est un bon film de divertissement.


Saluons les millions de dollars supplémentaires qu'a apportés le succès renversant de "Twilight I". Avec cette manne providentielle, le studio Summit Entertainment a pu se payer une bande-originale riche en perles et en noms, un monteur digne de ce nom qui a évité les coupes à la hâche, les images sont soignées, le passage italien mémorable. On pardonnera donc les effets spéciaux un peu naîfs concernant les loups. A défaut de rajouter quelques virgules au script, Chris Weitz s'amuse un peu comme ce tableau de la Renaissance dans lequel Carlisle prend vie au côté des Volturis.


Du côté des acteurs, on passera rapidement sur le retour d'Edward, qui comme c'est le tome 2 n'a pas grand chose à faire. Oui Robert Pattinson jette toujours autant des regards de braise dignes des plus torturés héros ténébreux et romantiques du XIXe siècle. Son "strip-tease" toscannais souffre de trop de ralentis mais cela offre un moment de détente innatendus même si la palme de la scène la plius sous acide revient sans hésitation à la vision d'Alice de Bella et Edward immortels courant dans les bois comme les filles Ingalls dans le générique de "la petite maison dans la prairie". La salle a éclaté de rire. Bref pour avoir un jugement un peu nuancé des talents d'acteur de Rob, on patientera jusqu'à "Eclipse".


Kristen Stewart se sort avec honneur de la partition peu glorieuse qu'on lui donne à interpréter... Celle d'une Bella à bout de souffle, de direction et d'espoir et dont la sensibilité et la mesure ont été dévasté. C'est seulement en Italie que son jeu peut s'animer un peu.


Non la grande révélation du film c'est Taylor Lautner ! Déjà le malheureux a eu le droit d'abandonner sa perruque ridicule de cheveux longs. Mais surtout il interprètre avec douceur et sincérité le malheureux amoureux transi qui ne pourra qu'être toujours contrarié et repoussé par l'héroïne. Il multiplie les perches et les tentatives de rapprochement et séduction maladroites avec un naturel désarmant et sans perdre le sourire. Il offre aussi aux spectatrices la scène la plus ridicule du film où torse nu il soigne Bella avec ce qui ne peut qu'être un -shirt propre aux vertus miraculeusement anti-sceptiques. Ses échanges aggressifs et instantanés avec Alice laisse présager le meilleur pour les films restants.


Mention spéciale à Dakota Fanning qui en vampire ingénue et cruelle fait froid dans le dos. Elle n'est pas sans rappeler la manipulatrice Drusilla de "Buffy contre les Vampires". Autre distinction à Michael Sheen. Désolée my dear, quoi que tu fasses tu continues toujours de ressembler à Tony Blair et plus qu'Aro tu incarnes à jamais le locataire du 10 Downing Street. Sans importance cela donne un charme supplémentaire au seigneur des Volturis.


Conformément au roman, "New Moon" laisse en suspend la réponse de Bella à l'ultimatum d'Edward, la chasse à l'homme de Victoria et le sort du traité qu'Eclispe reglera en beauté avec moult confrontations et tensions à la clef. De quoi réserver sa place pour le 3e opus!







Je ne peux résister à l'amusement de vous laisser quelques extraits des critiques du Guardian et du Daily Mail, qui m'ont fait rire aux éclats.


Daily Mail : At first, I thought Jacob’s problem might be that he was flamboyantly gay, or moonlighting as a sales assistant at Abercrombie & Fitch.
He spends most of the movie stripped to the waist and wandering into the forest with like-minded guys, all of them heavily muscled and naked except for shorts.


Guardian : In the first Twilight film, lovely, young Bella Swan couldn't have sex with her vampire beau in case he got carried away and bit her. In this new one, on the other hand, Bella can't get it on with her werewolf suitor in case he gets carried away and claws the bejeepers out of her. In the next in the series, Bella won't have sex with the Mummy in case he gets carried away and strangles her with a bit of manky old bandage, and in the film after that, she mustn't shag Frankenstein's monster in case he gets carried away and rams his electrified neck-bolts into her ears

mercredi 25 novembre 2009

My dreamduet

I find the map and draw a straight line/ Over rivers, farms, and state lines/ The distance from here to where you'd be/ It's only finger-lengths that I see /I touch the place where I'd find your face /My finger in creases of distant dark places ...//...I'm miles from where you are/ I lay down on the cold ground /And I, I pray that something picks me up /And sets me down in your warm arms....
Non, non il ne s'agit pas de Robet Kristen mais d'Andrea Corr et de Snow Patrol. Décidément entre le 17 mars 1998 et le 25 novembre 2009, je rate tous les concerts historiques du Royal Albert Hall !

Bref la miss a interprété une des mes chansons préférées du groupe "Set the Fire to the Third Bar". Avec un peu de chance la performance devrait finir en DVD. En attendant je trépigne d'impatience et espère vraiment que ces petits gars vont finir par passer en France. L'ironie c'est que je les ai vus en 2005 en première partie de U2 mais je n'en ai que de vagues souvenirs -____-

Pour mémoire s'il ne fallait en garder qu'une de Snow Patrol. Le thème du montage y est pour beaucoup et c'est comme ça que je les ai vraiment découverts.

lundi 9 novembre 2009

Leave of absence

Ces derniers temps, j'aurai surtout brillé par mon absence en ces lieux. Voyage en Chine bien sur mais aussi beaucoup de travail à abattre pour une bonne cause, les 20 ans de la chute du mur de Berlin.
Ce serait mensonger de dire que je me souviens avec précisions de cette nuit mais le visionnage des vidéos d'archives qui ont immortalisé ce moment où l'histoire est en train de s'écrire et de changer n'a jamais manqué de me faire venir les larmes aux yeux. De voir comme le soir du 4 novembre 2008 les gens heureux et le crier au monde entier. Sans oublier que le ouvert que nous connaissons aujourd'hui n'aurait pas été possible sans ce bouleversement. Une ville, un continent divisé comme cela sonne étranger à nos oreilles désormais. Me replonger dans cette période a été très exaltant et émouvant (pour en voir le résultat c'est ici ou). Sans avoir mis le pied à Berlin je l'ai beaucoup visité. Et j'espère rapidement pouvoir découvrir, de visu, son visage post 1989.
Maintenant que les bougies sont soufflées, il n'est tout de même pas dit que j'ai réapparaisse très régulièrement en ces lieux. Désormais cap sur Copenhague et son sommet sur le climat. La fin de l'année va être donc excessivement chargée mais je tâcherai de faire de mon mieux pour traîner mes pattes de mouches également ici.
En attendant sur l'agenda : Twilight, le Noël de M. Scrooge avec Coliiiiiiiin, faire le plein de Flashforward, Vampire's diaries, Grey's anatomy, plonger dans la saison 2 de True Blood, trouver une salle qui projette la Dolce Vita pour admirer Marcello, attraper des lives de Sharon Corr et trier une flopée de photos de la Chine à la Tunisie par exemple (cette dédicace elle est pour toi Irma!), écluser ma pile de Canard Enchaîné et Paris Match, réveiller la bimbo, m'incliner devant Vermeer et ses amis à la Pinacothèque et saluer Renoir au Grand Palais, retrouver le chemin du code et de Morphée.

vendredi 6 novembre 2009

La Chine en chiffres

Population totale : 1.3 milliards d'habitants
Population de Shanghaï : 20 millions d'habitants
Population de Pékin : 17 millions d'habitants
Nombre de bicyclettes à Pékin : 9 millions chantait Katie Melua mais je crois que c'est c'est beaucoup moins désormais. Seuls les lycéens roulent encore avec.
Nombre de voitures à Pékin : 5.5 millions
Nombre de nouvelles voitures par jour mis en circulation à Pékin : 1.230
Nombre d'heures passées dans les embouteillages : beaucoup trop
Nombre de fois où j'ai frôlé la mort dans un pousse-pousse kamikaze au milieu du trafic : 1 (et on ne m'y reprendra plus)
Nombre de fois où on m' demandé si la France était le pays le plus romantique du monde : 3
Nombre de fois où des inconnus m'ont demandé de poser avec eux pour une photo : 11
Nombre de fois ou un inconnu m'a passé la main dans les cheveux (yerk!, être blonde suscite parfois une fascination maladive) : 2
Nombre de fois où on m'a demandé en mariage : 1
Ma valeur (dot numérique) en ordinateur contre ma main: 6 (c'est carrément radin)
Nombre de fois où je suis allée au ballet : 1
Nombre de marches de la grande muraille que j'ai grimpées : pas beaucoup tant c'est escarpé...30
Nombre d'avions pris : 6
Nombre de fois où j'ai été surclassée en première classe : 1, 5
Nombre de treks réalisés en fauteuil roulant : 3 (et dans la cité interdite c'est rock 'nd roll mes amis!)
Nombre de croisières effectuées : 3
Nombre de fois où le capitaine a tenté de naviguer dans 40 cm d'eau : 2
Nombre de fois où j'ai fait naufrage (dans 40 cm d'eau) : 2
Nombre de photos ramenées à la maison : 2386
Série historique chinoise que j'ai suivie avec trépidation sans rien comprendre : 1 (je pense que c'était pendant l'occupation japonaise. une jolie demoiselle hésitait entre son mari nationaliste et le beau sniper communiste)

jeudi 22 octobre 2009

Postcards from China

En vrac - si jamais les petits bouts de carton pieusement déposés dans une boîte à lettres de Pékin n'arrivent pas à destination, ce qui n'est pas à exclure - et au hasard voici quelques clichés de l'escapade chinoise, de Pékin à Shanghaï en passant par Chengde, Xian et Guilin.
Contrairement à Venise, cet échantillon ne se veut ni artistique ni esthétique, juste un aperçu de ce que j'ai découvert en Chine où l'appareil photo a crépité 2386 fois.
Enjoy (en attendant une deuxième sélection plus personnelle et réfléchie)...

jeudi 24 septembre 2009

One duckling sails away

C'est dans l'air, c'est nécessaire /Prendre l'air /Respirer /C'est dans l'air, c'est millénaire / Quid de nos amours passés /C'est dans l'air / C'est dans l'air /C'est dans l'air, c'est salutaire /Sauf qui peut / Sauve c'est mieux
Mylène Farmer ~C'est dans l'Air
Ce soir cela aurait dû être carnet rose mais ce sera tout simplement carnet du jour. House enregistre son premier départ chez ses "Anciens". A mon grand chagrin, mon canneton favori prend son envol. Jennifer Morrison alias la douce Allison Cameron quitte la série au début de la saison 6, avce petit bémol, une porte ouverte pour revenir faire une apparition surprise.

Vu que son personnage a été sacrifié depuis deux ans et que l'actrice avait annulé au dernier moment ses noces avec Jesse Spencer (Chase), ce départ n'est guère étonnant mais je regretterai toujours que les scénaristes aient changé d'idée en chemin et aient abandonné la combinaison House/Cameron au profit de House/Cuddy. Je n'irai pas jusqu'à dire que je ne regarderai plus la série -j'ai bien poursuivi un X Files mulderless, ou un Buffy sans Angel mais ce ne sera plus le même plaisir télévisuel -__-...

Côté carnet rose : Ellen Pompeo (Meredith dans Grey's Anatomy) et sarah Michelle Gellar (Buffy) qui avaient annoncé leurs grossesses simultanément ont accouché de même. Miss SMG d'une petite Charlotte Grace et miss Ellen d'une Stella Luna. La bataille des noms est gagnée en tout cas par miss chasseuse de vampires je vous dis!

vendredi 18 septembre 2009

Apologie de Colin


Le coeur est par nature papillonnant et infidèle. Il suffit qu'une passion passagère vous obsesse pour devenir aveugle et oublier votre foi initiale. Obnubilée par l'astre farmérien ce week-end, j'en ai perdu de vue le Festival de cinéma de Venise où concourrait Mr Darcy.




Et profitant de mon absence, Colin Firth a gagné le premier grand prix d'interprétation de sa carrière pour son rôle de veuf homosexuel éploré dans "The Single Man", le premier film du styliste Tom Ford. Un clin d'oeil au parcours de Mr Firth qui avait été remarqué dans "Another Country" avec Rupert Everett, qui narrait les amours clandestines de deux lycéens. Sans oublier son dernier succès "Mamma Mia".


Félicitations, well done ! Et maintenant on cite même son nom pour une éventuelle sélection aux Oscars...


Et j'adore son petit commentaire : "I rarely seem to come home from Italy empty-handed – wine, balsamic vinegar, wife, two children, and now a nice piece of silverware," quipped the actor after winning the prize.

mercredi 16 septembre 2009

An unexpected and superfluous plottwist ?

Que ceux qui ont commencé à dévorer la cinquième saison de Grey's Anatomy, hier sur TF1, ne descendent pas plus loin. Ce billet s'adresse en effet aux initiés des ultimes arcanes des médecins de Seattle Grace.
[Désolée du style circonvolutioné mais j'ai beaucoup de mal à faire retomber mes doigts et mon esprit sur les bonnes touches du clavier, j'ai brûlé toutes les batteries ce matin]
ABC a eu l'excellente idée de diffuser une bande-annonce très étendue du premier épisode de sa sixième saison, ses cinq premières minutes en intégralité. De quoi créer un bouche à oreille déchaîné et essayer de colmater spoilers et autres fuites à la Dexter.
300 secondes sans grande surprise mais agréables, je me dis. On sait au gré des renégociations de contrat qui survivra aux arrêts cardiaques de la saison 5. Tout est prévisible jusqu'à la cinquième minute quand sondainement on suggère que le patient X n'est pas le John Doe que l'on croit. Sur le coup je suis exaspérée car je trouve la ficelle improbable. Damn it on a bien vu les photos de tournage dans le cimetière !!! Puis j'ouvre Entertainment weekly qui annonce que "Yes, there’s a chance. A really, really small chance. Tiny that X is not dead".
A quoi joue Shonda Rhimes ? Faux suspens ou porte ouverte pour permettre à un acteur de revenir et de survivre à la crise avec des apparitions spéciales ?

dimanche 13 septembre 2009

Mylène, Mylène, Mylène...!!

Trois ans d'attente pour de grandioses retrouvailles au Stade de France. Ce week-end était placé sous le signe du Myllénium. Un an et demi après avoir acquis avec mes trépidation mon sésame pour le Stade de France, le grand jour de Mylène Farmer était enfin arrivé. Et à l'image de U2 allait se répéter deux fois (I know I'm a crazy person).

La démesure comme à Bercy était au rendez-vous mais l'expérience m'a moins soulevée que U2 et je suis un peu déçue, et cela m'agace de l'écrire ici.




Mylène est une professionnelle aguerrie mais malgré des tableaux de toute beauté, particulièrement sur Point de suture et l'intro, malgré l'enthousiasme du public sur XXL, l'Instant X et Sans contrefaçon, la fièvre des concerts ne m'a pas saisie. La faute à un dernier album un peu faiblard à l'exemple de "Je m'ennuie" ou "Appelle mon numéro" ? Une Mylène qui ne parle pas comme à son habitude sauf que du coup on n'a pas vraiment une ambiance de stade à la Bono et ses flagorneries. On a l'impression de vivre un spectacle calé comme du papier à musique sans improvisation. Un décalage son/image qui fait suspecter le play back ? Des gros problèmes sonores le soir du 11 même si Mylène nous complimente "Vous êtes fantastiques, quand j'ai un problème vous êtes là pour chanter pour moi". Des pleurs sur toute la partie acoustique comme aux trois dernières tournées qui font douter de la spontanéité ? Une set-list qui ne panache pas assez vite les classiques et qui aboutit à une première partie avant la session acoustique un peu longuette? Petite scène et écrans qui empêchent de profiter des chorégraphies ?


Si je n'avais jamais vu Bercy 2006 ou U2 au Stade de France, j'aurais été soufflée par le spectacle mais je reste bloquée sur mes comparaisons même si j'ai vécu un moment très intense sur l'enchaînement Libertine/Sans contrefaçon/L'instant X/Fuck them All. J'aurais voulu un concert à cette image, comme celui du Zenith 2004 avec les Corrs, bluffant du début à la fin, sans instants creux.

Malheureusement à cause des problèmes de métro inhérents au Stade, j'ai dû partir au rappel avant le tonnerre de "Désenchantée"... Dommage qu'elle l'ait gardé pour la fin, au début ça aurait mis une de ses ambiances à la "Beautiful day" et 'Still haven't found what I'm looking for". Le Stade de France une salle réservée aux rockers ?


Si tout va bien, un compte-rendu plus détaillé, qui mentionnera ma voisine adolescente hystérique et pénible qui m'a donné des envies de meurtre le 11 et m'a un peu gâché mes sensations, d'ici la fin de la semaine.


Ma version perso de "Sans Contrefaçon" du 12 septembre sans coupure de son : cadrer en applausidissant c'est difficile ...

samedi 12 septembre 2009

La nouvelle lune brille bien haut dans le ciel

On pourra ergoter longtemps sur les qualités littéraires ou cinématographiques de la saga "Twilight" (que je critique mais que j'ai dévorée comme les autres) mais il y a un domaine où il faut honorer son génie : le matketing viral et la promotion.

Peu importe que le film sorte en novembre, Summit nous a déjà confectionné une troisième bande-annonce qui entre enfin dans le vif du sujet et dévoile pas mal de plans italiens et sous-marins et Dakota Fanning en psychopathe à dents longues.

Enjoy !



PS : je suis déçue le plantage son de Mylène Farmer lors de "Sans Contrefaçon" au Stade de France n'est pas encore disponible tant pis, ce sera pour une prochaine entrée. Je regrette de ne pas l'avoir enregistré moi-même.

jeudi 10 septembre 2009

La grande Rentrée à 13,5879

Rentrée télévisuelle (je compte bien plonger le petit doigt dans "Vampire Diaries" même si cela risque d'être encore plus twilight que "Twilight" lui même et "Flash forward" voire the "Good Wife" et "Glee"), de l'actualité, des Oscars (bons buzz pour "Shutter Island" et "Up in the Air" avec Clooney), et des planches.

Dans un monde idéal, avant de poursuivre cette entrée j'aurais rattrapé mon inexistence de l'année dernière où malgré la dizaine de merveilleuses pièces que j'ai vues, je n'ai écrit aucune ligne. Mais entre tendinite à l'épaule droite et bouillonnement de l'actualité et des projets, il faudra se contenter de la réalité et du cru théâtral de cette année.


Pour mémoire à l'exception d'une version tristoune de "24 heures de la vie d'une femme", je n'ai assisté qu'à des spectacles fabuleux : Good Canary mise en scène de Malkovitch, La dispute, le cannibale l'Ordinaire, Journal à 4 mains, Baby Doll, Cochon d'Inde, le Malade imaginaire, Bonté divine, Victor Hugo/Juliette Drouet, complétez moi si j'en oublie.


Et cette fin d'été, la saison s'ouvre sur William Shakespeare et sa "Nuit des Rois". Une histoire de naufrage et d travestissement comme tant d'autres servie par une distributio prestigieuse : Chloé Limbert (la compagne de Raphaël Enthoven, et actrice fétiche de Florian Zeller) et Arié Elmaleh (le frère de Gad, photo), Sara Giraudeau (la fille de Bernard et multi-récompensée aux Miolières).


Peut-être ai-je trop lu de critiques dithyrambiques lors de la première au festival d'Anjou mais je suis restée sur ma faim même si le repas fut fort agréable et la mise en scène amusante comme cette Olivia sensuellement allongée sur sa chaise longue de jardin.


Les comédiens peinent à entrer dans la pièce lors des premières scènes où les répliques de William semblent des plus alambiquées, étrangères, lourdes, abscondes. Carton rouge au prince d'Orsino! La pièce ne rebondit vraiment qu'à l'entracte et pourtant Sara Giraudeau est formidable de même que Malvolo et Sir Toby. Le pire rôle échoue à Elmaleh qui incarne le fou d'Olivia, que poursuit le compte Orsino de ses ardeurs mais qui tombe amoureuse de Césario, le page d'Orsino qui est en fait Viola (d'où "Shakespeare in Love") amoureuse du Comte. Ses jeux de mots sont incompréhensibles et tout sauf drôles. Pourtant Arié a une belle présence sur scène et une jolie voix au chant. En outre, le texte ayant été coupé pour tenir 2h30, certains pans de l'intrigue n'aboutissent pas et sont oubliés en chemin.


*13, 5879 c'est pour ceux qui ne me trouvaient pas assez précise :p
PS : si cela se joue encore près de chez vous, allez voir le déjanté "Les Derniers Jours du Monde" avec Almaric.

vendredi 4 septembre 2009

Comment Internet a révolutionné ma vie

En 50 leçons (ou comment le web a tué 50 objets du passé) par le très inspiré Telegraph.
Je ne peux que me reconnaître malheureusement dans les points 14, 25, 26, 27, 31, 35 et 50.
Et le 4 sur Sarah Palin m'a fait presque tomber de rire de ma chaise.

14) Dead time When was the last time you spent an hour mulling the world out a window, or rereading a favourite book? The internet's draw on our attention is relentless and increasingly difficult to resist. S'ennuyer est devenu un luxe.
25) Aren't they dead? Aren't they gay? Wikipedia allows us to confirm or disprove almost any celebrity rumour instantly. Only at festivals with no Wi-Fi signals can the gullible be tricked into believing that David Hasslehoff has passed away.
26) Holiday news ignorance Glancing at the front pages after landing back at Heathrow used to be a thrilling experience – had anyone died? Was the government still standing? Now it takes a stern soul to resist the temptation to check the headlines at least once while you're away.
27) Knowing telephone numbers off by heart After typing the digits into your contacts book, you need never look at them again.
31) Privacy We may attack governments for the spread of surveillance culture, but users of social media websites make more information about themselves available than Big Brother could ever hoped to obtain by covert means.
35) Concentration What with tabbing between Gmail, Twitter, Facebook and Google News, it's a wonder anyone gets their work done. A disturbing trend captured by the wonderful XKCD webcomic.
50) Your lunchbreak Did you leave your desk today? Or snaffle a sandwich while sending a few personal emails and checking the price of a week in Istanbul?

lundi 31 août 2009

Ma prochaine série fétiche

"It would degrade me to marry Heathcliff now; so he shall never know how I love him: and that, not because he's handsome, Nelly, but because he's more myself than I am. Whatever our souls are made of, his and mine are the same.If all else perished, and he remained, I should still continue to be; Nelly, I am Heathcliff! He's always, always in my mind: not as a pleasure, any more than I am always a pleasure to myself, but as my own being." Catherine
Après avoir été très agréablement surprise par l'adaptation 2006 de "Jane Eyre" de la BBC, j'ai été ravie de découvrir que l'autre classique des soeurs Brontë "Les Hauts de Hurlevent" allait être porté à l'écran par ITVLa bande-annonce est pleine de promesse et je croise les doigts pour obtenir une réalisation plus fidèle et complète que le film de 1992 avec Binoche et Fiennes. Souvent les adaptations de "Wuthering Heights" choisissent, vu la longueur du livre, de s'arrêter à la première partie et de glisser rapidement sur la descendance de Heathcliff et Catherine.
Le Guardian expliquait que "Jane Eyre" et "Wuthering Heights" comme les classiques austeniens et "sur la Route" de Kerouac vieillissaient mal. On les lit adolescent bouleversé par cet étalage de passions et on les relit adulte avec un oeil beaucoup plus critique et cynique sur ce débordement de sentiments. J'ai été étonnée en me plongeant dans la mini-série de la BBC de "Jane Eyre" de retrouver Monsieur Rochester sous un jour peu flatteur que mes yeux d'enfants avaient ignoré et étaient incapables de voir : un monstre menteur, égoïste, lunatique et violent qui tourmente Jane et l'humilie pendant une large partie de l'intrigue et pourtant quand Jane lui pardonne, on est ravi que cela se finisse "bien".
Heathcliff n'est pas différent de son alter-ego fraternel. C'est un tortionnaire émotionnel et parfois physique. sa passion est destructrice et vengeresse. Car contrairement à Jane, aucun héros des "Hauts de Hurlevent" n'est plaisant. Catherine est vaine, hystérique, snobbe et jusqu'au bout incapable de choisir entre les deux hommes de sa vie les condamnant tous les deux, Heathcliff est obsessionnel, violent, manipulateur, cruel. Mais de ces deux coeurs noirs la plume de Brontë a fait naître une des plus belles passions de la littérature dont je ne me lasserai du spectacle tragique et tumultueux. Avec dans le rôle de Heathcliff Tom Hardy (alias M. Bronson), je ne devrais pas être déçue.
"I repeat it till my tongue stiffens--Catherine Earnshaw, may you not rest as long as I am living! You said I killed you--haunt me, then!...Be with me always--take any form--drive me mad! only do not leave me in this abyss, where I cannot find you" Heathcliff
PS : un film qui me dirait bien. Parce que c'est Oscar, et Colin en malfaisant mentor, "Dorian Gray".

mercredi 26 août 2009

Once more with Feeling 2009

Carte illimitée aidant, le Mk2 bibliothèque est une antre que je fréquente désormais avec assiduité... en vrac et pour mémoire :

Star Trek ****

Millenium ***

Un mariage de rêve *** Colin, Colin...

Etreintres brisées ****

Good Morning England ****

Looking for Eric *** dans la veine aussi déjantée que le précédent sauf que le monde des radios libres et des sixties laisse la place à la gouaille des postiers et footeux de Manchester.

Sunshine Cleaning *** pour les belles émotions d'Amy Adams

Ennemi public **** People trouvait l'intrigue trop éparse mais la profondeur de jeu de Johnny Depp, la violence de son caractère qui veut vivre à tout prix même quand il ne maîtrise plus rien, l'honnêté de Marion Cotillard, la soif de vengeance de Bale m'ont conquise.

State of Play *** sans surprise l'adaptation est en deça des 6 heures originales de la BBC mais cela reste un beau film de fantasme sur le journalisme d'investigation. Mais où est ce monde de rêve où le reporter rédige en 20 minutes son enquête ?

Whatever works *** On m'avait prédit un petit Woody mais comme d'habitude M Allen était plutôt en forme. Les 30 dernières minutes du film sont exceptionnelles de drôleries et d'absurde et fait oublier les longueur du début de cette drôle d'impression que ce vieil homme qui séduit Miss Celestine est presque un peu trop autobiographique pour être vrai. L'idée de mettre en abîme la caméra offre aussi quelques interludes comiques et psychanalytiques.

Le Liseur *** L'annonce de l'adaptation au cinéma du roman de Schlink m'avait enthousiasmée et jetée dans des abîmes de perplexité. Comment porter à l'écran un roman introspectif sans dialogue qui décrit le paysage sentimental dévasté du héros et de l'Allemagne de l'après guerre qui se demande "qui sont ceux qui ont permis l'écrasante réussite de la machine de guerre du IIIe Reich ?". Stephen Daldry y répond honorablement mais de manière moins convaincante que dans les "Heures" je trouve. On y découvre un peu vite le secret d'Hanna et si la prestation de Winslet est sans faute, il lui manque ce je ne sais quoi qui peut émouvoir le spectateur sauf pour son ultime réplique "Peu importe ce que j'ai fait, rien ne ramènera les morts". Mais je sais gré au film de ne pas avoir embelli l'histoire, oui Hanna assume jusqu'au bout sa décision de suivre les ordres de ses commandants SS. Ce n'est jamais une victime et Ralph Fiennes est impeccable as usual.

Jusqu'à toi **. Le meilleur du film était dans la bande-annonce. Les critiques vendaient ce film comme la petite soeur d'Amélie Poulain mais c'est une première oeuvre qui si elle a du charme souffre de beaucoup de longueur et de personnages dressés à la hâte et caricaturaux. Néanmoins toujours sympa de voir une héroïne journaliste et d'avoir un aperçu même victif de la vie sans concession d'une rédaction de magazine. Et puis quoi qu'elle joue Mélanine Laurent est craquante!

Victoria : les jeunes années d'une reine ***. Ou comment la plus souveraine, qui a régné le plus longtemps sur l'Angleterre monta sur le trône défiant les régents potentiels, survécu à une crise constitutionnelle créée par ces demoiselles de compagnie, épousa l'amour de sa fin et su l'associer en douceur à son hyperroyauté. Les costumes et les décors sont luxueux, les bons sentiments fleur bleu nombreux et la fin est courue d'avance mais Victoria est pleine de vie, Albert (Keira Knightley's boyfriend) est séduisant à souhait, lucide et de bonne volonté, le premier ministre Melbourne ressemble à Villepin et la scène d'attentat fait furieusement penser à Dallas en 1963.
Neuilly sa Mère ** Vu avant que ça ne devienne la comédie de l'été. Même si c'est accumulation de clichés qui ne tiennent pas la route, pas mal font mouche comme "ta chambre tu l'aimes ou tu l'a quittes" ou "Je suis un loser, je suis Balladur!".
Les derniers jours du Monde **** Au départ la bande annonce ne m'avait pas du tout donné envie de le voir puis je me suis laissée tenter par la curiosité des uns et les récits de tournage des autres. Le film comme son nom l'indique raconte les derniers jours du monde, une planète dévorée par les virus et dont les pays sont atomisés les uns après les autres par des missiles incontrôlables. Sauf que là pas de grandes explosions à l'américaine, juste une vie quotidienne de plus en plus bousculée dans le regard de fou de Mathieu Almaric qui cherche dans ses souvenirs et dans ses errances la femme de sa vie. Dans ce monde qui se délite et de plus en plus orgiaque avec de nombreuses scènes très osées, il y a de la fantaisie comme Catherine Frot et du bigrement vrai qui résonne étrangement en ses temps de grippe A comme le dernier bulletin de France info, l'armée qui surplante le gouvernement en fuite après s'être arrêté à Toulouse. Un film, une belle surprise.
Inglorious basterds *** entre les mauvaises critiques cannoises et le souvenir sanglant de Kill Bill je n'était pas vraiment partant puis au fond qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour échapper à 30° au Croisic. Et au final j'ai passé un très bon moment. Oubliez Brad Pitt, inclinons nous plutôt devant le génie de Christopher Waltz impressionnant de cynisme et de stratégie. Oubliez le film, ne pensez qu'à la scène d'ouverture et à celle, très longue, de la taverne, et vous obtenez un cour d'Histoire qui décape. Dommage que la fin soit si télescopée et beaucoup moins maîtrisée. Mention très honorable à Diane Kruger.
Un prophète ** Meilleur film français de l'année, digne de la palme.. Sûrement sauf que tant de violences et de scénario alambiqué m'ont empêchée d'être émue par ce drame. Film de genre incoutournable sur la prison certes, magnifiquement joué mais j'ai du mal à saisir le propos. Dénonce-t-on la prison ? Décrit-on comment devenir un grand caïd ? Suit-on un complot ? puis que de rebondissements invraissemblables dès qu'on aborde les permissions de sortie. Quelques belles avec le mort confident et la biche.
2012 *** 2012 Bien plus digeste que independence day même si sur la fin ils perdent beaucoup de temps à s'excuser entre eux plutôt que de sauver le peu d'humains qu'il reste. J'ai bien aimé le côté "mondialisation" et toutes les références à la Chine. il y a même un clin d'oeil au Da Vinci Code. Dommage qu'il ait fallu par contre absolment éliminer le beau père du joli portrait de famille. Roland Emmerich a su se mettre au goût du jour en mettant un président afro-américain à la tête des Etats-Unis et une chancelière à Berlin mais n'a pu résister à une seconde dstruction de la Maison-Blanche. Moment incongru aussi quand le premier ministre italien reste à Rome prier, qu'Elizabeth II et ses corgis s'invitent sur les arches et que l'UE adopte le Canada mais pourquoi pas ?
Le petit Nicolas** J'ai ri de bon coeur mais hormi Valérie Lemercier, le sublîme Galabru en ministre et la courte apparition de Gérard Jugnot le film était un tantinet trop naïf et enfantin. il lui manquait la pointe et l'énergie de "Neuilly-sa-mère". Cette reconstitution de la France des 30 glorieuses était sublîme mais comme Temple Bar au final cela laisse une impression de carton pâtes.
Fish tank **/*** : la morosité de la vie dans une banlieue ouvrière londonienne et son désespoir. Malgré son envie de s'en sortir, on sent bien que la rebelle Mia se fera toujours rouler par ceux qui pourraient la tirer de la misère : ce beau-père, cette audition de danse. Katie Jarvis est épatante de force brute, on sent que les émotions de l'héroïne n'ont pas été très éloignées de l'adolescence houleuse que la jeune débutante a elle même dû vivre. Malgré cette colère brute transportante à l'écran, quelque chose dans la mécanique du film se grippe très vite. Tous les dénouements sont prévisibles et le virage "petit Gregory" est pour le moins incongru, glauque et peu crédible. Dommage.
In the Loop **** : Autre long-métrage réaliste trempé dans le vitriol en provenance d'outre-Manche. Accrochez vos ceintures et plongez dans l'univers impitoyable des cabinets ministériels anglais qui déciment les conseillers plus vite que Lucky Luke ne descend son ombre. Dominé par le sans pitié Malcom, caricature d'Almlistair Darling le conseiller de l'ombre des années Blair, on suit un médiocre ministre que ses propos irréfléchis sur la guerre au Moyen-Orient propulsent sur les feux de la rampe médiatiques et lui valent une invitation au département d'Etat à Washington. Une gloire soudaine qui ne peut que vous monter à la tête surtout quand on est entouré de jeunes et vaniteux assistants qui ne pensent qu'à appeler les journalistes pour se faire et faire mousser le patron. Evidemment cette équipée folle dans les cercles de pouvoir, qui s'achève à l'ONU ne peut finir que dans l'atomisation totale d'une carrière politique déjà plombée par un innocent mur d'une permanence électorale et quii provoquera quelques remous au MoD et à Washington. Mais sous le couteau de boucher de Malcom qui débite les "fuck" plus vite qu'il n'y a de secondes c'est jubilatoire (et reconnaissons-le effrayant).
Away we go ***: au départ film par défaut devant les foules qui se précipitaient au pied de 2012 et finalement moment agréable, parfois drôle, incongru et parfois tellement annodin dans ces dialogues comme les conversations farfelues que l'on peut avoir dans la vraie vie. Un jeune couple qui s'apprête à devenir parents décident de voyager à travers les Etats-Unis (et un peu vers le Canada aussi) pour trouver l'endroit idéal pour fondre un foyer. S'ensuit un road movie imprévisible et cocasse au pays de l'oncle Sam où l'on croise beaufs, hippies dégénérés, famille et amis songeurs. Réalisé par Sam Mendes qui avait beoin de se changer les idées après le très sombre "les Noces Rebelles", "Away we go" rayonne d'un optimisme généreux!
L'affaire Farewell **** ou comment porter sur grand écran avec brio même si l'on reste dans le classisisisme la plus grande affaire d'espionnage française des 50 dernières années. En pleine guerre froide, Guillaume Canet très en retenue et banalité devient sans le vouloir le passeur d'informations d'un cadre du KGB déçu du système joué avec un charisme irresistible par Emir Kusturica, qui rêve d'un meilleur communisme pour sa famille. Et là spectateur tu reçois une énorme giflle dans le visage car Emir est renversant. Dans son accent français sensuel comme seuls les gens de l'est savent le faire, dans sa brutalité et son mutisme, dans ses volutes de fumées et ses verres de vodka nocturnes. Un César et que ça saute ! Jamais plus vous n'entendrez un poème d'Alfred de Vigny de la même oreille!
Le Concert**** : poursuivons avec le vent d'est. Par le réalisateur roumain du percurtant "Vas, vis et deviens", un film doux, poétique, mélomane et parfois mélancolique entre Paris et Moscou au temps des oligarches. Un chef d'orchestre disgracié par Brejnev rabaissé au rang d'homme de ménage du prestigieux Bolchoî intercepte un fax invitant la troupe du Bolchoï à se produire à Paris. Ni une, ni deux, il le dérobe et se met en tête de réunir son orchestre d'antan et de filer pour Paris. L'occasion dans cette première partie de voir défiler avec beaucoup d'humour tous les clichés possibles sur la Russie post-soviétique d'aujourd'hui : du nouveau riche vulgaire prompt à dégaîner chéquier comme kalachnikov aux rois de la débrouille et des trafics en tout genre en passant par l'impressario d'enfer et cadre communiste nostalgique de Maurice Thorez. Arrivé à Paris, le film prend une tournure plus sentimentale et mystérieuse : qu'y a-t-il à Paris de si précieux pour que notre héros ait monté une aventure si périsieuse ? La réponse se niche dans le sourire et le talent de Mélanie Laurent, le tout au son passionnel de Tchaikosvsky. Ane pas manquer et avecl'accent de l'est en prime!
500 jours ensemble ** J'en attendais beaucoup et au final j'ai été plutôt déçue. Zooey Deschanel est sublîme dans ses petites robes mais la structure du film batit vraiment de ses retours en arrière et avant intempestifs. Et s'il est intéressant de relire une relation qui ne pouvait que finir avortée et basée sur des doutes et ambiguités, cette héroïne au coeur parfois insensible laisse mal à l'aise. Ceci dit j'ai bien ri quand a rettenti dans la voiture la douce voix de Carla Bruni!
L'Imaginarium du Dr Parnassus ** : Là aussi déçue. J'aurais aimé adorer le dernier film de Ledger et l'univers flamboyant de Gilliams mais quelque chose ne collait décidément pas. Le scénario n'a vraiment ni queue ni tête même si Tom Waits en diable et Lilly Cole en l'objet de son affection sont parfaitss. Les trois remplacements de Ledger, où surnage seulement Colin Farrell tellement Depp s'ennuie et Law est inexistant, n'aide en rien à maintenir unsemblant de cohérence. L'imaginarium si central n'est que très peu aperçu dans le film. Dommage la folie visuelle de Gilliam était à tomber à par terre.
La Dolce Vita *** : Un autre exemple de film particulièrement décousu mais avec une poignée de scènes inoubliables et la beauté delonienne et deanienne de Marcello Mastroiani, ce chaos éblouie malgré tout. Anita Ekberg errant dans les rues de Rome pour entraîner Marcello dans la fontaine de Trévise ? Aussi légendaire et somptieux que sa réputation comme la sombre fin de Steiner ou cette course aux fantômes dans un palazzio en ruines. L'ultime scène où un monstre marin comtemple de son oeil mort, morne mais humain, les vices, la luxure, l'ennui de l'éxistence de Marcello qui s'étourdi de filles et de fêtes...tout simplement hantant.
Twilight *** : Pourquoi tant de mauvaises critiques ? J'y reviendrai plus longuement ailleurs mais cette suite était plus soignée, merci millions de dollars en plus, visuellement et en matière de montage que le premier opus. Kristen fait du mieux qu'elle peut avec son script sous Prozac, Taylor Lautner se met à nu et se révèle. En attendant la tension dramatique qui viendra dans Eclipse, cette épisode de transition me convient suffisament !

Trois couleurs : bleu

Idée trouvée chez Miss Lizzie.
Le but ? Prendre en photo sept objets de couleur bleu que l'on trouve chez vous.

Pèle-mêle : un tableau de mon grand-père et une canne solitaire, un porte-clef égyptien, le journal, des cartes postales estivales, mon allié le déambulateur, la cuisine, un gilet bleu américain (qui allait avec une robe bleue mais il faudra me croire sur parole puisqu'elle n'est pas dans le cadre), la mosaïque de la cuisine.

Je passe le relais aux autres admirateurs du bleu.

Pour des discussions plus substantielles de ma part, même s'il manque deux films, vous pouvez toujours aller voir par là.

vendredi 21 août 2009

L'oiseau a quitté le nid

Vendredi 21 août the place to be was in County Clare, Ireland, pour assister au mariage de la charmante Andrea Corr. La benjamine de ma fratrie préférée a enfin convolé en justes noces avec son millionnaire et ami proche de M. Jim Corr Brett Desmond. Le couple s'est marié à l'Eglise Saint Joseph à Miltown Malbay, avec vue sur l'Atlantique.





La joie de la mariée fait plaisir à voir. J'admire la coiffure même si je suis plus réservée sur les chaussures et un peu la robe. Miss Caroline et Sharon sont charmantes en bleu lilas. Bono et U2 ont fait le déplacement. Je suis émue !

lundi 17 août 2009

Impitoyables jardins

A chaque voyage son thème et pour ce grand retour en Irlande c'est celui des jardins qui fut choisi. La mineralité fougeueuse du Connemara avait pour une fois moins d'attrait que la nouveauté de ce sud encore terra incognita. Direction les vertes plaines de Kildare et de Kilkenny et enfin Cobh, charmant port et utilme escale pour goûter l'air marin et l'occéan avant de repartir dans l'Hexagone. Cette petite ville fut la clef de voute de l'immigration irlandaise du XIXe siècle et elle vit partir plus d'un million et demi d'immigrés et une poignée de bagnards vers l'Australie, le Canada, les Etats-Unis et la Nouvelle Zelande. Cobh fut aussi le thétatre de deux drames maritimes : elle fut la dernière escale du Titanic et à ses abords fut torpillé par les Allemands le Lusitania au milieu de 14-18.

Laissez vous guider dans ce labyrinthe de erdure parfois très anglaise...

dimanche 16 août 2009

Retour à Dublin

Dans cette ville qui est un peu mon second chez moi, je retrouve un vieil ami, des rues arpentées parsemées de panneaux "à vendre" (la crise est passée par là -_______-). Il y aurait trop de souvenirs à écrire alors je cède la place aux images qui évoqueront bien mieux que mes doigts le ravissement de ces retrouvailles.
PS : Et en plus pour vos yeux c'est moins fatiguant et vous assure peut-être que la seconde partie ne mettra pas un mois à venir :p

samedi 15 août 2009

Les gens de Dublin



BONUS - Lors d'une de mes promenades digestives nocturnes, je me suis égarée dans une des nombreuses petites rues bordant la rue commerçante de Dublin, Grafton Street. Je suis tombée nez à nez avec cette fête d'enterrement de vie de jeune fille, qui réchauffait le coeur par son enthousiasme. Ces demoiselles toutes affublées de perruques roses à la "Lost in Translation" ont même réussi à convaincre le serveur de se joindre à leur chorégraphie (à côté de la jeune fille à antennes).

vendredi 14 août 2009

Dublin through the years and the haircuts


2003-2007-2009.

through the pair of shoes, the cameras and the roadworks.

Mais certaines choses ne changent jamais comme l'incongruité de la présence en plein Temple Bar de ce beau palmier qui invite à la pause (pas forcément) photogénique. Le plaisir des voyages c'est de découvrir des contrées inconnues et fabuleuses mais aussi parfois de revenir sur ses pas, retrouver les saveurs et les émotions d'antan tout en humant le vent de la nouveauté.

mercredi 5 août 2009

A fangtastic piece of news

C'est mon côté fleur bleue et carnet mondain qui s'épanche sans aucun doute mais j'ai sursauté de joie en apprenant sur People.com (where else ?) que Sookie et Bill ou plutôt la délicieuse et effrayante Anna Paquin de "La leçon de Piano" et le ténébreux Stephen Moyer allaient convoler en justes noces. Cela va être la fête sur les plateaux de "True Blood". Espérons qu'ils finiront mieux que Cameron et Chase sur House.

Ps : oui moi aussi j'ai le droit de faire des jeux de mots douteux!

mardi 4 août 2009

Simon's return

Petite dédicace au chat de mes voisins du premier étage qui m'accueille tous les soirs du haut de la terrasse qui surplombe le patio et qui feint encore d'être intéresse par mes pauvres miaulements de bonjour. A lui et aux amateurs de chats que vous êtes, je vous livre la dernière aventure de Simon le chat qui cette fois livre un combat de titan contre une mouche persistante. Comme toujours le dessinateur-propriétaire capture tous les mimétismes félins : et que je te ramène ma proie, que je m'accroche la griffe aux rideaux, que je pousse des miaulements dépités!


Puis autre coup de coeur "viral" du mois, une irrésistible reprise de "Haste to the Wedding", façon R'nB ;-) . Les témoins et les mariés ont recommencé pour NBC quelques jours plus tard !

Et la version divorce! excellente parodie

jeudi 30 juillet 2009

No line on the Horizon

Mes têtes à tête avec Bono (et 94.999 autres personnes hélas) sont des rendez-vous bissextiles. On ne sait mu par quelle force le futur sauveur du monde se présente toujours dans l'arène du Stade de France, début juillet pour deux soirs de folie et de groupisme. En 2005, j'étais intimidée devant la nouveauté de la rencontre, de l'artiste et du lieu. En 2009, j'étais anxieuse, allais-je apprécier un concert alors que le disque (j'ai le même problème avec Mylène Farmer) ne m'avait qu'à moitié convaincue ?

Au terme de ces retrouvailles, une évidence s'impose. Peu importe l'album, armé de son charisme et de ses vieux tubes, Bono est toujours aussi vibrant et efficace. Des deux concerts auxquels j'ai assisté, vous le savez, c'est celui du 12 et son ambiance enfiévrée qui m'a emportée,. Le 11 U2 semblait moins profiter du moment et davantage préoccupé à prendre ses marques. Ce rapide compte-rendu, avant que les souvenirs ne s'effacent, sera non-exhaustif -si j'en suis capable- et rendra compte des prouesses du dimanche 12 juillet, d'autant plus que ma connaissance du répertoire du groupe est incomplète.


Lorsque U2 a innové entre les deux nuits, le titre de la chanson du 11 juillet est en vert.

-----------------------------
Cette année, je vous épargnerai mes impressions toujours impatientes de la première partie du concert. Ces soirs là, alors qu'ils avaient couvert pratiquement toutes les autres dates européennes, les petits gars de Snow Patrol étaient absent remplacés par Kaiser Chefs; et j'ai donc simplement décidé de prendre mon temps et d'arriver juste pour Bono et ses acolytes. Du coup aussi, j'ai malheureusement manqué le gros des "Olas".


Lorsque U2 avait dévoilé sa tournée, on avait beaucoup glosé et fantasmé sur leur scène "en griffe" à 360°. Mais bien qu'elle ne fasse pas loupe portative et que Bono privilégie toujours le devant, ses écrans géants à 360° sont bien pratiques pour voir ce qui s'y passe. On a aussi l'impression qu'un Ovni a atterri sur la pelouse du Stade.

Breathe

Dès que les premiers coups de batterie retentissent, quelques secondes après que Bono, The Edge et leurs copains ont fait leur apparition sur scène, la foule s'embrase. Bono, qui a toujours de sublimes lunettes couleurs 70, renverse son micro comme une belle femme à la manière des rockers. Hormis, le refrain, la foule clapote à ce premier des nombreux titre du nouvel album "No line on the Horizon". A la fin, le planage de Bono indique que ce soir, c'est la grande forme, on se reprend dans les acclamations.

No Line On The Horizon
Petits clappages de main de la foule sans plus. Je maîtrise le refrain donc je peux rapper sur "No, no Line".

Get On Your Boots
Je fais une petit pause mentale pour me remettre de mes émotions. Et vi je déteste ce titre qu'on a choisi pour des raisons qui me dépassent comme premier single de l'album. Donc même si on encourage à nous lever et à frapper entre les mains, je passe mon tour. In other words, je boycotte.






Magnificent

Premier instant de grâce pour moi et la foule qui fourni une partie des percurssions. Cette chanson est ma favorite avec "White as Snow", qui malheureusement ne sera pas jouée (en même temps comme elle parle de guerre en Afghanistan ce n'est pas forcément gai). Inopinément Bono recommence les premiers couplets au milieu du titre, le prolongeant de manière délicieuse.



Beautiful Day / Here Comes The Sun (Snippet) - Blackbird (Snippet)



Ranimée par les dédicaces de Bono "I was born to sing to you" et sa douce berceuse "We love you Paris, it's a beautiful day", la foule accueille par une ovation le premier d'une lignée de tubes qui ont fait leurs preuves. Les applaudissements en rythme et les pas de danse accompagnent la chanson.



Mysterious Ways

Bono dédicace ce titre à Jonny Hallyday présent "in the house" pour lui souhaiter bonne chance pour son concert géant du 14 juillet sur le champs de Mars. Stupeur et enthousiasme du public, déterminé à faire bonne impression sur le Monsieur d' "Allumer le feu". Autre VIP présent à ces concerts, on l'apprendra plus tard, Penelope Cruz. Nous aussi on peut allumer un brasier !



Après Bono remercie son public et son sponsor -Blackberry- pour la scène. Bono rend hommage aux 11 ans de la victoire française lors de la Coupe du Monde de football en 1998. "Ce soir là tous les Irlandais se sont sentis très Français. J'étais dans le stade ce jour là que d'énergie". A l'évocation de ce souvenir si poignant et lointain -peu probable qu'on le réédite bientôt,- transports de la foule. puis Bono, qui passe ses vacances à St Tropez, sort sa brosse à reluire et tresse des louanges aux Français, si forts, si courageux malgré l'adversité -morale et économique du monde-. Première de plusieurs digressions militantes à venir.


I Still Haven’t Found What I’m Looking For/Movin’ On Up (Snippet)
Premier grand millésime du concert. Pas moyen de rester assise, il faut se mettre debout!



Angel Of Harlem / Man In The Mirror (Snippet) / Don’t Stop ’Til You Get Enough (Snippet)
Desire / Billie Jean (Snippet) / Don’t Stop ’Til You Get Enough (Snippet)


Surprise et émotion quand U2 rend hommage à Michael Jackson en poussant dans les aigus. Le 11, Bono nous fera partager les joies d'un rendez-vous en webcam pré-enregistré avec les astronautes de l'ISS. Peu importe la mise en scène ça en jette!



Stuck In A Moment You Can’t Get Out Of / In A Little While
J'étais très émue de réécouter ce titre plein d'espoir et d'abnégation de 2001 avec la douceur d'un arrangement acoustique, une tendresse pour les tympans appréciable dans l'enfer sonore du Stade de France.



Unknown Caller
The Unforgettable Fire


Deuxième petite pause mentale, je suis là distraite, perdue dans mes souvenirs d'il y a 4 ans, d'une promenade en voiture en Touraine il y a 10 ans de cela. Je suis aux abonnés absents. La vie, le futur, le passé, tout s mélange comme lorsque je regarde la mer.


City Of Blinding Lights
Vertigo
Séquence "How to Dismantle an Atomic Bomb", sympa de réentendre l'intro des concerts de 2005 et de faire le compte à rebours. L'animation des écran sur "City of Blinding Lights" est suréelle et aveuglante.



I’ll Go Crazy If I Don’t Go Crazy Tonight (Remix Version)
J'ignore de quel album sort ce remix mais son concept ecclectique et WTF m'a bien plus. U2 passe du RnB au rap, au rock, au disco avec une nonchalance insoupçonnée. Bono et ses complices s'amusent et souhaitent qu'on en fasse autant. Pas trop dure comme revendication. Bono adopte quelques poses de prophètes sur le sol de la scène, recroquevillé et agenouillé. Moment de hybris savoureux.



Sunday Bloody Sunday
Le titre clé que j'attends depuis le concert. La réaction du Stade ne déçoit pas : applaudissements, tribunes debout, Bono inaudible devant l'enthousiasme devant son public, les drapeaux irlandais sont de sortie tandis que la scène se drape de vert en hommage aux manifestants iraniens.





Pride (In The Name Of Love)

Pourquoi se rasseoir quand on aborde un autre grand classique ? "One man come in the name of love/ One man come and go/ One man come he to justify/ One man to overthrow/ In the name of love/ What more in the name of love/ In the name of love/What more in the name of love".


MLK
un nouvel instant pause.



Walk On / You’ll Never Walk Alone (Snippet)

Autre grand moment d'engagement politique du concert. Bono évoque le sort d'Aung San Suu Kyi et annonce que ce soir "on marchera pour elle". "Walk On" avait été écrite pour la Dame de Rangoun anyway. Il fait monter sur scène des spectateurs de la fosse munis d'un masque à l'effigie de la chef de l'opposition birmane; C'est masqué que ces marcheurs feront le tour de la scène lors de la chanson. Impressionnant.


Where The Streets Have No Name

Bono présente l'ONG contre la pauvreté, la faim et le Sida, "Kiss" qu'il soutient. Défilent sur les écrans des photos de spectateurs s'embrassant, des clichés pris alors que les portes du Stade s'ouvraient. Puis Desmond Tutu apparaît sur l'écran pour souligner l'importance de se battre pour le Tiers Monde et la liberté.


One

Avec "With or Without you", passage romantique obligé de chaque concert et à nouveau ambiance acoustique. Ce n'est depuis que je l'ai entendue chanter sur scène en 2005 que j'apprécie ce texte et sa mélancolie et regrets intrinsèques.



Rappel


Ultra Violet (Light My Way)
La chanson ne m'évoque rien mais Bono fait joujou avec un micro en forme de volant auquel il se suspend parfois et qui lui fait survoler la scène. Distrayant de même que les diodes rouges cachées dans sa veste en cuir qui s'allument. La pluie révélera, remarquera Sarah, une petite calvitie naissante chez Bono. Pas grave on t'aime quand même !



With Or Without You
Avec "Sunday Bloody Sunday" le moment le plus rituel et envoutant du concert. La communion et l'émotion me font tout oublier...



Moment Of Surrender

Je ne peux rien dire, je suis amnésique! Bono et ses copains font une toute petite révérence et s'en vont! Bouh!



Ah oui quand même, la bataille pour accéder au métro pour rentrer à Paris en même temps que 95.000 disciples m'a tuer ! Mes amis un concert au Stade de France nécessite de la stratégie. pour éviter de se faire piétiner, quitter avant la fin du rappel. A bon entendeur...!

samedi 25 juillet 2009

All that jazz



Quand les chats ne sont pas là, les souris swinguent!
Si vous avez aimé "Ratatouille" et ne lisez pas les nouvelles en provenance de Louisianne, vous allez adorer le dernier diaporama du Telegraph, la très distinguée publication qui a révélé le scandale des notes de frais des députés anglais. Comme quoi même au XXIe siècle, le journalisme d'investigation existe encore.

vendredi 24 juillet 2009

From a whisper to a scream

L'endroit où il fallait être cette semaine c'était le comic-con de San Diego. Un paradis pour les amateurs de vampires comme moi : on pouvait y croiser les acteurs de "True Blood", les nouveaux héros à crocs de la rentrée télévisuelle américaine les interprètes de "The Vampire Diaries", [avec Boone de Lost et Kevin Williamson aux commandes, ça ressemble plus à du Smallville qu'à Buffy ou aux aventures de Sookie et de Bill mais je suis prête à leur donner une chance] et le grand retour de la nouvelle idole des jeunes : Robert Pattinson alias Edward de "Twilight".
On ne change pas une équipe qui gagne. Après avoir déchaîné les foules du Comic Con 2008 avec les premières images de "Fascination", Edard, Bella et Jacob sont revenus cette année présenter deux extraits de "Tentation", avec la réalisation Cris Weitz (American Pie, la Boussole d'Or).
Mes premières impressions une fois que mes tympans ont survécu aux cris des dmiratrices d'Edward et Jacob ?
- Le Canada, plus particulièrement Vancouver, c'est beau
- Franchement il va falloir rebosser les effets spéciaux quand Edward apparaît sur le bord de la route
- Un an n'a pas suffi aux artistes du maquillage à installer une perruque crédible sur la tête de Jacob
- Je pense que Kristen Stewart s'est un peu améliorée dans son jeu, pour Rob P. pas sûre, il nous décoche encore des regards de braise mais la scène en Italie c'est trop. Ou peut-être que c'était l'effet combiné du strip-tease mais j'étais plutôt en train de retenir mes rires à la fin de la séquence transalpine.
- Alice emmène Bella en Italie au volant d'une Ferrari, le rêve !