dimanche 12 octobre 2008

Réveillez la Vénus/l'Apollon qui sommeille en vous

Le mois de septembre arrive avec ses rites immuables : rentrée, bonnes résolutions, nouvelle saison télévisuelle, grande conférence de la Fiat et anniversaire de miss Léonore. Qui dit célébrations de cette date, dit soirée à thème. Le cru 2007 nous intimait l'ordre de revenir en 1977. Cette année, direction l'Olympe, la Grèce antique et ses cieux avec un énoncé sobrement intitulé "Vénus et Apollon", prétexte à un succulent dîner grec égayée de joyeuse musique hellénique .
Une mission herculéenne car qui peut dans ce bas monde égaler la perfection des dieux du panthéon antique ? Tout de suite, j'ai repoussé l'idée du déguisement toge, l'expérience ayant montré que tenir un tissu en place avec noeud et broche est hasardeux et je me sentais peu capable de pouvoir reproduire le drapé choisi s'il venait à se défaire. Toutefois la fête ayant eu été repoussée en octobre, à cause des mésaventures de l'Eurostar, il faisait bien trop froid pour se promener dans les rues de la capitale en chiton et sandalettes. J'ai caressé l'idée de me présenter en mini-jupe et raquette de tennis, histoire d'imiter Vénus Williams, mais cela ne m'emballait pas des masses non plus, et je vous passe toutes les blagues sur la Vénus de Botticelli.

Finalement, fidèle à la tradition familiale, je me suis résolue à mettre en pratique la théorie du "déguisement de tête" soit dénicher une couronne de fleurs à poser sur les cheveux. Simplement Truffaut n'est ni la Samaritaine ni le BHV, hélas les ornement floraux circulaires ne font pas partie de leurs marchés prioritaires. Heureusement avec quelques fleurs artificielles trouvées dans les bazars chinois et une poignée de barrettes d'Accesorize (cette société doit se faire un bénéfice net faramineux), le tour était joué même si la couronne est plutôt devenue une choucroute capillaire^^, d'inspiration Mireille Dumas.
Cette option légère était la plus raisonnable car au final peu d'invités ont respecté la consigne grecque même si nous nous sommes régalé de tarama et de caviar d'aubergines faits maison sans oublier l'étrange goût un peu terreux et piquant du vin blanc résineux rapporté de chez le traiteur. Promis, l'année prochaine, le thème imposé sera plus facile, a annoncé l'organisatrice de la soirée.

5 commentaires:

Elaurys Nathiel a dit…

Le thème de votre soirée me rappelle furieusement quelques soirées de khâgne !

Sur Lyon, la tradition veut que durant la semaine d'intronisation, il y ait un soir où les khâgneux dépouillent leurs malheureux lits de leurs blanches peaux, s'en revêtent au mieux (c'est-à-dire : "mal" compte tenu des dimensions ridicules d'un simple drap !), allument une bougie et récitent des vers dans leur langue originale au bénéfice des futurs hypokhâgneux. Je me souviens en particulier avoir envié au faune sa couronne de feuillages, qui jettait des ombres étranges et fantasmagoriques. Mais pour planter la scène, il faut que je conclus sur ce point d'ordre plus général, à savoir que le tout se déroule sur un petit pont de bois dans le parc... sous une pluie battante attestant de la loi des séries.

Il n'empêche que, khâgneux ou hypokhâgneux, on était au théâtre, arrachés aux soucis, ramenés à l'art et à la vie ! Aaaah :)

Elaurys Nathiel a dit…

Oups, v'là que j'avais oublié l'essentiel (la faute à ? Je ne sais !), à savoir que tes fleurs te couronnent à merveille !

Andrea a dit…

Je me rappelle de cette annecdote, c'était la première que tu nous avais confiée il y a bien des années sur ta période à Lyon :)

Elaurys Nathiel a dit…

Aaah, la honte : prise en flagrant délit de radotage ! -_______-;

Andrea a dit…

- Les histoires marquantes et poétiques méritent d'être narrée plusieurs fois.^^
- Je me vais vieille moi aussi car tu n'aurai pas évoqué à nouveau ce moment khagneux que je ne m'en serai pas souvenu de moi-même, ni envisagé le rapprochement. ^^;;