samedi 12 août 2006

Lorient (1) :ar sadorn


La barre d'Etel, coté parking.

Pour ceux qui avaient fidèlement suivi le Maroc et apprécié les charmes éclairs de Madrid, j'enrichis les carnets de voyage de ce blog par une petite incursion au pays d'Anne de Bretagne.

Tout a commencé à cause de Cécile (autre élève courageuse de l'école de journalisme et dont je vous invite vivement à lire son blog). La demoiselle scribouillait à Lorient pour Ouest-France mais donnait fort peu de nouvelles ... une enquête sur son bien-être s'imposait! et il était temps de s'éloigner de Paris pour briser la monotonie du stage.

J'ai débarqué vendredi de la gare de Lorient. Et fidèle à sa tradition de guide extremmement bien organisée un programme royale m'attendait! Immédiatement séance cinéma avec la Tourneuse de pages. La bande-annonce avait exacerbé ma curiosité et malgré la facture classique du scénario qu'avait villipendée les critiques, je n'ai pas été déçue. Catherine Frot et sa tourneuse formaient un duo d'actrices époustouflantes, et donnait à cette histoire de vengeance noire une douceur troublante devenant malsaine.
Et après un sommeil réparateur d'une douzaine d'heures, les choses sérieuses pouvaient commencer...^^

Nous serions nous égarées par mégardes sur les sémillantes plages hawaiiennes glorifiées par Lost ? Pas du tout, cette eau d'un bleu turquoise et transparant borde la barre d'Etel, première étape de mon cours de rattrapage accéléré de Bretagne.



Mais malgré ses airs de petit nirvana, il faut se méfier de la ria d'Etel. C'est le cauchemar des marins. Cette barre est un banc de sable qui se forme au point de rencontre de la marée et du cours de la rivière.


A Etel, elle a la particularité de bouger sans cesse, ce qui rend difficile son repérage. L'endroit est riche de dramatiques histoires... Les plages ici sont magnifiques, mais interdiction de se baigner apparément si l'on en croit les recommendations de l'Office de Tourisme.

Ceci dit, la miss Cécile a bien de la chance de pouvoir décompresser dans des lieux si dépaysants et paradisiaques après une dure semaine de labeur.

Sans elle il n'y aurait pas de Ouest-France, édition Lorient, elle remplit presque les deux pages de l'édition régionale à elle toute seule. Pour la journée de samedi, pas moins de quatre articles de sa plume !

Bref du repos pour les braves.... (j'essayais timidement de mettre en application les principes photographiques entreapperçus dans le Figaro en mitraillant ses lunettes de soleil!).


...et un peu d'exercice pour les autres!

Nous avons quand même fini par lever le camp lorsque le soleil s'est mis à chauffer trop fortement et que les raffales rafraichissantes de vent nous ont découragées de poursuivre notre lecture accrobatique des journaux.

Direction le cimétière de bateaux de la barre d'Etel. C'était là que les pécheurs de la région abandonnaient leurs vieux navires, principalement des thoniers. Vues de près, ces carcasses de bois sont impréssionnates et ne sont pas si éloignées qu ça des squelettes de baleines avec leurs planches saillantes, qui luttent contre le rongement et la mousse. Malheureusement, ce cimétière va bientôt être détruit.

Jeux de lumière...

Néammoins, ces épaves semblent être une maison accueillante pour ces deux coccinnelles toutes mignonnes, mais seulement une a osé poser devant l'objectif! (pour une fois je remercie l'initiative de mon appareil photo -c'est rare- d'avoir mis du flou au milieu, cela fait ressortir les couleurs).


PICT0063 video supporters tribunes
envoyé par jametc2


Mais pas le temps de nous attarder sur ses merveilles de l'immobilier car nous avions un rendez-vous important à 16h30, le match Lorient-Bordeaux. Les Merlus, ainsi nommés pour le charmant poisson sur fond orange qui est la mascotte du club, étaient en effet auréolés de leur victoire contre le PSG et nous espérions bien les voir renouveller cet exploit! Nous sommes arrivées au stade du Moustoir (edit, merci de la relecture!) juste après le coup de siflet. Cécile m'avait prévénue dés le départ que les supporters n'étaient pas célèbres pour leur ambiance et c'est hélas vrai! Noous entendions bien mieux les Bordelais dans leur petit coin que les Lorientais! Et schnniif bis car malgré quelques bonnes occasions, Lorient a été battu à domicile 1 à 0 en écopant de deux cartons rouges (c'est le traumatisme de Berlin all over again!) ç________ç

Cependant, nous avons quand même fait de belles rencontres: M. Chips et le patron de Cécile, très abordable et sympathique !

Le soir tombant, Cécile m'a fait découvrir la ville, hélas comme Lisieux ou Caen, la seconde guerre mondiale l'a sévèrement endommagée et il ne reste pas beaucoup de bâtiments d'époque pour cette cité fondée par Louis XIV en 1666. Elle fut crée pour répondre au développement de la Compagnie des Indes Orientales (françaises), fondée par Jean-Baptiste Colbert en 1664 à Port-Louis. L'exiguité de Port-Louis entraîna l'installation du chantier naval dans une zone de friche nommée "le Faouëdic" située en amont. Le premier vaisseau construit est le "Le Soleil d'Orient". Les habitants, qui avaient pris l'habitude de se rendre à "L'orient" (an Oriant en breton) pour voir son avancement, donnèrent son nom à la nouvelle ville. La pause dîner accompli dans une créperie (miam...), il était temps de rejoindre nos pénates pour reprendre des forces avant la seconde journée marathon de demain ZzZzzZ...

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Stade du Moustic ? Ne serait-ce pas plutôt le stade du Moustoir du nom du quartier dans lequel se trouve le stade en question ? ^^

Albireo a dit…

Je confirme. ;-) Très jolie entrée, j'ai hâte de lire le récit du deuxième jour.

Andrea a dit…

Si si c'est bien Moustoir, c'est un lapsus éhonté de ma part, je m'en suis rendu compte hier soir mais je n'ai pas eu le temps de corriger!

Elaurys Nathiel a dit…

Tiens, j'ai un autre lapsus, du genre embarrassant celui-là : en rédigeant un courrier aux conseillers pédagogiques de circonscription dépêchés dans ma classe ce jour, je n'ai point écrit "Fontaine-au-loup" comme je le devais mais "Fontaine-aux-loups", comme sur tous mes autres papiers administratifs d'ailleurs ! A croire que je fais un graaaave complexe de p'tit chaperon rouge :p

Pour en revenir à cette entrée on ne peut plus reposante, j'applaudis l'initiative comme la réalisation, aussi bien au niveau des textes que des images... Et notamment cette fabuleuse photo d'yeux littéralement bleu ciel !

Ry, qui idéalise 'achement la Bretagne... ou pas ! Bref, j'envisage non mais :)

Andrea a dit…

Certes ce lapsus point honteusement vers le conte de Perrault mais je le trouve adorable, de même que le nom de la commune en fait!

Merci de tes gentils commentaires ils me mettent du beaume au coeur après une journée difficile aussi bien bloggienne que mariannesque, espérons que demain est *vraiment* un autre jour :)

Albireo a dit…

Merci pour cette deuxième partie, et je me joins à tes regrets concernant la batterie de ton appareil. :-(

Bon courage, puisses-tu passer une meilleure journée qu'hier !

Cécile a dit…

Mais que veut dire ar sadorn ?? Je confesse mon ignorance de la langue bretonne malgré deux mois passés à Lorient !

Andrea a dit…

Ben en théorie si mon dictionnaire de Breton en ligne n'est pas un vil traître cela voudrait dire 'samedi' par contre je cherche toujours la signification du "ar", article défini ? et sul c'est dimanche.

http://radiokerne.antourtan.org/bre/abadenn-euriou-sadorn.asp