jeudi 21 février 2008

Your weekly fix of Hugh Laurie

Puisque TF1 s'échine avec sa programmation footballistique à retarder l'heure de mes retrouvailles dvdèsques (je suis incapable de suivre le rythme de diffusion de la série -__-) avec le Dr House et ses petits canetons, je bénis Youtube de m'offrir quelques consolations.

Tout d'abord le grand classique...



Pour les fans de Masi Oka et de Jake Gyllenhal, une reprise toute aussi délirante de "I will survive" a été mise au point pour les 5O ans de l'animatrice Ellen DeGeneres.

Hugh Laurie est toute aussi polyglotte que son alterego médical, la preuve en image

...et dans la langue de Molière



...puis de Dante (c'est presque aussi beau que du George Clooney)



Cette parodie délicieuce qui était le prologue des Emmy 2007 dans lequel Connan O'Brien, un Jean-Luc Delarue/Karl Zero américain qui présentait la cérémonie arrivait après bien des déboires à retrouver le chemin des studios où se déroulaient les Emmy. Son irruption dans les mondes de Lost (et ses dons de Robinsson Crusoë) et de House sans oublier 24, The Office et South Park est à mourir de rire, vous devez le regarder!



L'apparition inoubliable de Laurie dans Friends au moment du tragique (non)mariage de Ross et Emily



Et enfin à quoi ressemblait Hugh Laurie dans sa jeunesse ? Cette extrait d'un de ses sketchs avec son comparse de toujours Stephen Fry montre qu'il possédait déjà son fabuleux sens de l'humour et de l'autodérison [et sûrement plus de cheveux!] :-)


Piano Master Class - Laurie and Fry
envoyé par ihuman


Quand il revêt les habits d'un pauvre Shakespeare qui a bien du mal des divergences avec son éditeur sur Hamlet.

2 commentaires:

Same a dit…

Ces américains ont vraiment le sens du spectacle! J'ai adoré la parodie (même si j'ai pas tout compris, notamment le dernier sketch, "to catch a predator"?)

Merci de ce moment de franche rigolade, dès le matin, ça fait du bien :)

Andrea a dit…

Contente d'avoir pu agrémenter ton café de cette manière ^___^

To catch a predator est une émission de NBC, un peu sulfureuse (http://en.wikipedia.org/wiki/To_Catch_a_Predator), où des journalistes armés de caméeras cachées retrouvent les pervers sexuels qui choississent leurs proies sur le net d'où le ridicule psudonyme du pauvre Connan genre Connan69bo...

Ceci dit les Césars hier quan De Caunes avait la pariole était pas mal du tout entre la satire politique et les gros délires canins!